ARCHITECTE ET..... EXPERT

Expert amiable en construction bâtiment.

Bernard VAYSSIERE, architecte, expert auprès de la Mutuelle des Architectes Français.

On appelle EXPERT, une personne expérimentée dans un art, une science, une technique ou un métier, à qui une partie, un juge, un avocat, une entreprise, un particulier, con e la mission de lui apporter renseignements et avis techniques nécessaires pour l’éclairer sur un litige, une malfaçon, des pathologies ou un manquement aux règles de l’Art, en ayant toute l’information nécessaire.

Le monde de l’expertise se découvre dès lors que des tensions, des différends, naissent entre personnes et les con its dans le bâtiment sont aussi vieux que l’acte de construire.

Le con it est indissociable de l’activité humaine et de la société, parce que tout individu est porteur de ses propres intérêts, de ses propres rêves, désirs, ambitions et principes. Lesquels ne sont pas nécessairement en accord avec ceux du voisin.

Depuis l’application de la Loi « pinetta » du 4 janvier 1978 et de l’obligation d’assurance des constructeurs, elle s’est accompagnée d’une réglementation de l’expertise, mettant l’expert au centre d’un dispositif légal des règlements des sinistres. Cette obligation s’accompagnant de fait par une reconnaissance des compétences de l’expert.

J’avais il y a bien longtemps, répondu à une annonce d’un cabinet d’expertise, parue dans une communication du CROA en lui adressant un CV.

Il faut ici revenir une cinquantaine d’années en arrière où avant d’intégrer l’École des Beaux- Arts de Bordeaux en section Architecture, j’avais acquis des connaissances techniques qui si j’avais poursuivi dans cette voie m’auraient conduit vers un diplôme d’ingénieur. Cette double formation a séduit ce cabinet et j’y ai fait mes premières armes : il y a 25 ans.

Si j’ai été confronté quasi régulièrement à des con its, j’ai aussi pris la mesure des relations humaines qui s’y développent, ainsi que la nécessité absolue de maintenir un niveau de connaissance extrêmement large et diversi é pour pouvoir répondre à toutes les situations rencontrées.

Ma double formation me permet aussi d’entretenir, tant avec les techniciens que sont les autres experts, qu’avec mes confrères architectes, des relations amicales qui s’appuient sur un même langage, une même connaissance des pathologies, des solutions de réparation et des indemnisations.

L’esprit « gascon » de convivialité, d’entraide et quelques fois de connivence qui s’y rencontrent dans cette grande Aquitaine sont autant de liens qui participent à la résolution amiable de plus de 80 % des conflits.

Je vais prochainement être amené à déposer dé nitivement mes crayons, mais avant cela je voudrais porter ici témoignage que la création architecturale ne s’arrête pas au geste, mais doit se concrétiser dans un acte construit sans erreur ou omission.

n°50 - printemps 2021