Culture

Zaha Hadid disparue prématurément en 2016 à l’âge de 65 ans ne mérite pas seulement sa place dans le Panthéon des grandes figures de l’architecture pour avoir été la première femme architecte à obtenir le célèbre prix Pritzker en 2004. Son Œuvre témoigne d’une grande capacité d’invention formelle qui participe depuis plus de trente ans à sortir de l’académisme de la boîte parallélépipédique coiffée d’un toit en pente ou en terrasse à laquelle l’architecture, traditionnelle ou moderne, semble condamnée depuis qu’elle existe. Derrière le qualificatif de déconstructiviste attaché à son Œuvre, cette intervention interrogera son processus de projet pour tenter d’en restituer la démarche.

Gilles Ragot, professeur en Histoire de l’art contemporain à l’Université Bordeaux Montaigne, après avoir été responsable du Centre d’archives d’architecture du XXe siècle de l’Institut Français d’Architecture et auteur de nombreux ouvrages sur l’architecture contemporaine.